Ma face dans la Gâzette

À l’accoutumé, la gazette ça me sert à partir le poêle à bois. Cette fois-ci, avec ma tronche en 8e page, c’est mon blog qui a pogné en feu!🔥

Je suis vraiment flatté que le Journal de Québec/Montréal m’ait approché pour en apprendre davantage sur mon projet La MAP. De ce que j’en comprends, mon blog a piqué la curiosité d’un des rédacteurs du Journal de Montréal à l’automne dernier. Bref, ils m’ont appelé pour me dire: « On fait un petit dossier spécial sur les gens qui choisissent de vivre autrement ». Je me suis dit « Why not coconut! » C’est de la belle visibilité pour ma démarche et mon blog!

Ooooooh boy! Moi qui pensais être perdu entre l’horoscope et les mots croisés, me v’la Primetime en 8e page de l’édition du samedi. Considérant ce que peut coûter une pleine page dans un grand quotidien, je serais bien malvenu de cracher dans la soupe. Mon but étant de faire connaître et de sensibiliser le plus grand nombre aux concepts de Minimalisme | Autonomie | Permaculture. En ce sens, je peux dire mission accomplie et j’en suis très heureux. Ceci dit, certaines choses sont à nuancer et à mettre en perspective dans cet article.

Les mises au point


Extra! Extra! Un ex-banquier quitte tout pour vivre en forêt!

Je ne vis pas encore à temps plein sur ma terre. Comme je l’ai explicitement mentionné à la journaliste Caroline Lepage, j’y suis le plus souvent possible mais mon projet en est à ses débuts.

Ma démarche

Ça me fait toujours sourire quand j’entends «Il faut sauver la planète!» Honnêtement, je trouve que c’est une façon de rendre la discussion intangible et de laisser croire qu’à notre échelle, rien n’est possible.

Au cours de l’évolution, la planète a vu naître et disparaître sans doute des milliers d’espèces. Peu importe les décisions d’abrutis qu’on prend collectivement en ce moment, la planète va nous survivre. L’Homo Sapiens Sapiens s’est développé dans des conditions qui lui étaient favorables et à mon humble avis, c’est ces conditions que nous sommes sur le point de perdre en raison des excès de la société de consommation.

Paranoïa ou lucidité? Je préfère voir venir et utiliser mes ressources de façon consciencieuse et travailler ma terre afin d’acquérir le plus haut niveau d’autonomie possible. Ultimement, mon projet est un prétexte pour passer du temps en forêt, rendre hommage à l’héritage de mon grand-père et m’assurer que ma famille ne manque jamais de rien.

30 piastres par semaine pour se nourir!

Ne t’inquiète pas maman, je m’alimente bien et j’ai tous les vitamines et minéraux dont j’ai besoin. Le 30$ d’épicerie par semaine faisait l’objet d’un défi qui a duré un mois. Voir l’article Les défis de la décroissance.

La surconsommation

diff fin

La société de consommation ne me fait pas peur dans la mesure où chaque jour, je minimise son impact sur ma vie. J’apprends à traiter avec elle par choix et non plus par obligation.

Un ex-vendeur d’hypothèques

2 _ JDM

Le véritable intitulé du poste est démarcheur hypothécaire. Le choix éditorial d’y aller avec ce terme péjoratif sert uniquement le sensationnalisme.

Peu importe la position occupée dans une organisation en 2018, contribuer au rendement de l’entreprise prime sur tout le reste.

On nous endort en appelant ça de la croissance économique. Que ce soit dans la vente, le marketing ou la publicité, un paquet de gens sont complices de ce système et souvent bien malgré eux.

Endetté? Wooooouah minute papillon…

diff fin

Comme la majorité des québécois, je ne faisais pas de budget et je n’accordais aucune importance à ma façon de dépenser. Mes décisions d’achat étaient peu réfléchies et orientées vers le plaisir immédiat de consommer plutôt qu’en fonction de la réelle valeur des objets. En toute franchise, j’ai fait de bons coups dans l’immobilier qui m’ont permis d’atteindre une indépendance relative.

En résumé, témoigner de ma démarche auprès de la journaliste a été une expérience intéressante. Cependant, je trouvais important d’apporter certaines corrections dans un souci d’offrir au lecteur une plus grande transparence face à ma démarche.

Thierry.bou


Voir l’article paru le 8 décembre:
Journal de Québec
Journal de Montréal
TVA Nouvelles

6 Replies to “Ma face dans la Gâzette”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :