L’urgence de faire le lien!

Un long congé – une augmentation du prix de l’essence à la pompe – un nouveau prix plancher qui devient la norme. Si comme moi vous cherchez l’autonomie sous toutes ces formes, cette soumission volontaire aux humeurs des grandes pétrolières vous indigne au plus haut point et vous incite à repenser l’utilisation de la voiture. L’intouchable symbole de la liberté individuelle.

Avons-nous d’autres choix que de subir docilement ces hausses? Est-ce que les gouvernements restent immobiles par laxisme ou s’ils sont complices de l’industrie pétrolière; avide des revenus que génèrent les taxes sur ce bien de consommation?

Qu’on le veuille ou non, le prix de l’essence va continuer d’augmenter au fur et à mesure que les combustibles fossiles vont se raréfier. La rareté mène à une augmentation des prix. 10 ans? 20 ans? 50 ans? Bien érudit celui qui saura prédire le point de rupture mais ce dernier n’en reste pas moins inévitable. Il serait très étonnant que la voiture électrique se démocratise au point de court-circuiter notre dépendance à l’essence. Qui plus est, quand on y regarde de plus près, cette dernière n’est pas si verte qu’on aimerait nous le faire croire. Huffington Post – La voiture électrique, plus polluante ? Pas si simple

Tout gravite autour de la voiture

L’automobile constitue aujourd’hui un des principaux fondements de nos sociétés occidentales. C’est un secteur parmi les plus importants de nos économies; fabrication, vente, entretien, crédit d’achat pour ce qui concerne les autos elles-mêmes, mais aussi construction de routes, de stationnements et de ponts que leur emploi nécessite, sans compter les quantités phénoménales de pétrole que requièrent leur fabrication et utilisation. L’accès à l’automobile privée joue également un rôle primordial dans notre façon d’occuper le territoire et de concevoir nos lieux d’habitation, de travail et de services.

Serge Mongeau

L’agence Internationale de l’Énergie estime que le pic pétrolier a eu lieu en 2006. Il s’agit du moment où la production mondiale de pétrole a plafonnée avant de commencer à décliner du fait de l’épuisement des réserves de pétrole exploitables.

On assiste présentement à la fin de l’ère du pétrole bon marché. Sans être Nostradamus, on peut déduire que la hausse du prix du pétrole s’accompagnera d’une hausse du prix des produits de subsistances. Comme à l’accoutumée la facture sera refilée aux consommateurs. Le lien qu’il est urgent de faire est entre les deux oreilles; il faut comprendre que réunir deux rives va une fois de plus augmenter la dépendance à la voiture en favorisant l’étalement urbain. Qu’il est impératif de réinventer la structure même des villes pour qu’elle soit accessible en transport en commun ou actif. Dans ce contexte, aménager sa vie de façon à devoir faire une utilisation intensive de la voiture, c’est accepter de voir graduellement son pouvoir d’achat fondre en raison de l’augmentation de ce poste budgétaire dans ses finances personnelles. C’est se rendre vulnérable aux variations haussières du cours du pétrole et c’est accepter de son plein gré que les pétrolières nous tiennent par les couilles. En choisissant de façon intentionnelle son lieu de résidence, son lieu de travail on peut commencer dès maintenant à minimiser son utilisation de la voiture.

Je viens de terminer la lecture du livre S’indigner, oui, mais agir de Serge Mongeau (celui que l’on nomme le père de la simplicité volontaire au Québec). Par la citation plus haut, vous l’aurez compris; l’essai a alimenté ma réflexion et cet article en est assurément teinté. L’auteur nous invite, à faire un examen de conscience. Si l’on se prétend soucieux de l’environnement « les bottines doivent suivre les babines». Dans son ouvrage, il dresse un portrait sévère de la situation et bien qu’il la juge critique, il propose des initiatives concrètes à mettre en place pour être un acteur de changements positifs au sein de sa communauté. «La solution ne viendra pas d’en haut» , affirme-t-il.

Mes stratégies

voici comment je compte modifier mes habitudes (work in progress!)

  • Favoriser les achats local et de proximité
  • Ré-évaluer ma situation d’emploi en fonction de mon lieu de résidence
    (Un travail ce n’est pas simplement une paye… c’est une qualité de vie)
  • Ré-évaluer mon lieu de résidence en fonction des services de proximité dont j’ai besoin
  • Effectuer mes course sur le chemin du travail afin de rentabiliser mes déplacements
  • Considérer l’achat d’une mobylette. Électrique ou avec une consommation d’essence très faible. Je pourrai en faire l’utilisation probablement de mai à octobre
  • Afficher le plus souvent possibles mes places disponibles dans les nombreuses communautés de covoiturage Facebook
  • Considérer les services de Communauto ou l’achat d’un véhicule à plusieurs pour en partager l’utilisation
  • Utiliser les transports en commun le plus souvent possibles
  • Pour les petites commissions; marcher ou y aller à vélo

Je vous invite à partager vos stratégies pour minimiser la dépendance à la voiture dans le groupe Facebook de La MAP!

One Reply to “L’urgence de faire le lien!”

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :